Qu'il est beau - mais combien difficile - de communiquer

CardinalMartiniQu'il est beau - mais combien difficile - de communiquer !
Par le Cardinal Carlo Maria Martini
Ancien Archevêque de Milan

Le Cardinal Martini, aujourd'hui décédé, avait publié deux lettres pastorales sur le thème de la communication, destinées aux chrétiens de son diocèse. L'une d'entre elles avait pour titre Ephphatha, ouvrez-vous. Il avait fait précéder cette lettre d'une préface que nous reproduisons ici (au départ de la traduction anglaise de l'original italien).

"Je veux vous raconter une histoire. J'ai commencé par écrire cette lettre pastorale avec beaucoup de facilité. Elle semblait couler sans effort de ma plume. J'écrivais avec une certaine inattention, quasi innocemment, glissant sur les problèmes les plus délicats avec la facilité d'un skieur qui parcourt précipitamment une piste difficile. Je me disais: "Qu'il est beau de communiquer - et combien c'est facile - lorsqu'on a vraiment quelque chose à dire!"

Je demandai ensuite à quelques professionnels expérimentés de relire mon premier brouillon. Ils apprécièrent mon travail, le thème, et la manière que j'avais de le traiter. Ils avaient le sentiment que cela avait du sens et même que c'était urgent.  Mais en même temps ils me faisaient part d'une centaine de précieuses observations (supprimez ceci, ajoutez cela, soulignez cet autre point, clarifiez tel paragraphe, réécrivez cet autre). Je commencai à éditer rapidement le document, et pris conscience alors que je perdais ma facilité.

Comme pour tout autre sujet complexe et important, je me rendis compte qu'il y avait d'innombrables choses à dire. En voulant les réduire, on devenait ésotérique; en voulant expliquer et justifier tout, on devenait pédant, etc. Aussi, je me dis: "Combien il est difficile de communiquer lorsqu'on a réellement quelque chose à dire!"

Je souhaiterais que vous profitiez tous de mon expérience - qui n'est pas nouvelle, mais qui me frappe à chaque fois comme si elle était nouvelle. La communication est difficile. Elle exige un dialogue, du donner et du recevoir entre des participants patients, actifs et bien intentionnés.

Aussi je vous suggère l'exercice suivant: tant que vous le pouvez, lisez ces pages que j'ai écrites avec plaisir et choisissez les phrases, les paragraphes qui vous conviennent, qui signifient quelque chose pour vous, qui éveillent quelque chose en vous et dites-vous "Ici notre évêque communique vraiment!" Choisissez également les pages qui coincent, qui vous semblent difficiles ou troublantes ou abstraites ou encore fort éloignées de votre vécu, et dites-vous "Ici, il n'a pas réussi, son discours est froid, il a perdu sa facilité. Comment dirais-je la même chose d'une manière plus directe et plus agréable ?"

Un véritable "exercice de communication" naîtra de ce mode de lecture. Vous accueillerez ce que je voulais dire et vous le reformulerez dans vos propres mots, et donc le message sera mieux exprimé. Nous aurons ainsi ouvert un canal de communication active et réciproque, et pas simplement une lecture passive et résignée. J'aurai déjà atteint un heureux résultat, et je serai content."

...

 

Informations supplémentaires